23/11/2017
AccueilPolitique20 conséquences possibles des attaques nucléaires

20 conséquences possibles des attaques nucléaires

Reverra-t-on un jour une bombe atomique frapper des villes, comme cela s’est produit au Japon en 1945? En tout cas, si une guerre nucléaire survenait, voici ce qui pourrait advenir de notre monde…

LE RETOUR À LA PRÉHISTOIRE

Une troisième guerre mondiale utilisant les armes atomiques pourrait bien nous renvoyer à l’âge de Pierre. C’est ce qu’affirmait Albert Einstein, à qui on attribue la phrase : « Je ne sais pas comment la Troisième Guerre mondiale sera menée, mais je sais comment le sera la quatrième : avec des bâtons et des pierres. »

L’HIVER NUCLÉAIRE

Une guerre nucléaire totale pourrait modifier radicalement le climat sur Terre. En effet, l’explosion d’une bombe atomique propage des poussières en haute atmosphère. Donc, si de nombreuses explosions survenaient, ces poussières et les fumées pourraient recouvrir la Terre d’un épais bouclier, empêchant la diffusion des rayons du soleil. La température de notre planète serait considérablement refroidie, comme durant un hiver qui durerait des années.

LA PHOTOSYNTHÈSE À L’ARRÊT

Un tel hiver nucléaire aurait une conséquence directe sur les végétaux. Ils ne seraient plus capables de capter la lumière. Cela les empêcherait d’utiliser la photosynthèse, ce processus qui leur permet de produire des molécules organiques, indispensables à leur survie.

L’OXYGÈNE RÉDUIT

Indirectement, une guerre nucléaire totale pourrait bien tarir la production d’oxygène sur notre planète. En effet, c’est la photosynthèse qui permet aux végétaux de transformer le CO2 en oxygène. Sans lumière et photosynthèse, cette part d’oxygène ne serait plus fournie à la planète.

UN EFFET DE SERRE CATASTROPHIQUE

Les végétaux ne pouvant plus transformer le CO2, celui-ci verrait sa concentration dans l’atmosphère augmenter considérablement. Cela aggraverait encore l’effet de serre. La Terre verrait son climat changer encore plus brutalement que le pire scénario des climatologues.

LA CHAÎNE ALIMENTAIRE BRISÉE

En éradiquant les végétaux, une guerre nucléaire transformerait totalement la chaîne alimentaire. Les herbivores n’auraient plus de quoi se nourrir, et leur extinction serait probable. Cela entraînerait également l’extinction des animaux qui les côtoient dans la chaîne alimentaire, à commencer par les carnivores.

LES HUMAINS ÉTEINTS

Si notre espèce n’est pas déjà effacée de la surface de la Terre par les explosions atomiques, nous n’aurions de toute façon plus grand-chose pour nous nourrir. Privée des végétaux et des animaux, l’espèce humaine ne disposerait plus des ressources nécessaires à son alimentation. Et c’est la faim qui pourrait causer notre extinction.

LES ULTRAVIOLETS LIBÉRÉS

Une guerre nucléaire pourrait aussi endommager à tout jamais la couche d’ozone. Cette protection en haute atmosphère bloque les rayons ultraviolets. Or, à haute dose, les ultraviolets provoquent des cancers de la peau et des yeux. Moins filtrés, ces rayons menaceraient directement la survie de la population humaine.

LA SURVIE EN PROFONDEUR

Pour survivre après une attaque nucléaire, la Corée du Nord a creusé ses stations de métro à 110 mètres de profondeur. Elles sont conçues pour se transformer en abris antiatomiques en cas de guerre nucléaire. D’imposantes portes en acier pourraient alors se refermer pour protéger contre toute propagation des radiations.

LA SURVIE À LA MAISON

Les « survivalistes » sont déjà préparés à une guerre nucléaire : ils accumulent chez eux d’importantes quantités de nourriture. Certains ont aussi construit des abris antiatomiques dans leur jardin. Mais combien de temps pourraient-ils tenir avant de devoir remonter à la surface? Nul ne le sait : cela dépendrait de la persistance des radiations.

UNE PLANÈTE SUISSE

À ce titre, ce sont peut-être les Suisses qui deviendraient majoritaires sur notre planète. La plupart des habitations de ces habitants ont été construites avec des abris antiatomiques. La Suisse serait même en situation d’héberger un nombre de personnes supérieur à sa population nationale

LA VIE EN COSTUME ANTIRADIATION

Après des explosions atomiques, les humains restants devraient pouvoir survivre. Mais leurs principales ennemies seront les radiations qui demeureront durant des années, voire des siècles. Nous devrons alors trouver une protection adéquate, comme des vêtements antiradiations, que nous porterions en permanence. Une sorte de retour à la pilosité protectrice de nos ancêtres préhistoriques?

DES DÉPLACEMENTS DE POPULATIONS

Comme toute guerre, un conflit atomique entraînerait un exode des populations les plus proches des attaques. On pourrait ainsi voir les populations des États-Unis et de la Russie demander asile à leurs voisins. Au sud des États-Unis, la perspective de rejoindre le Mexique et ses richesses naturelles pourrait bien motiver un afflux de population affamée.

DES TERRIENS AILLEURS?

Une guerre nucléaire totale pourrait donc supprimer toute présence humaine de notre planète. Il ne resterait plus que l’espace pour perpétuer notre espèce. D’ici là, aurons-nous colonisé d’autres planètes? La course contre la montre est lancée…

LE RÈGNE DES PETITES BÊTES

Certaines espèces disparaîtraient après une guerre nucléaire. Mais les formes de vie les plus résistantes aux radiations prendraient une plus grande place sur Terre. Les scorpions et les fourmis notamment pourraient coloniser la planète, en prenant la place des espèces éteintes.

DE NOUVELLES ESPÈCES?

Les radiations propagées par des attaques atomiques pourraient causer un virage brutal dans l’évolution des espèces. Mais d’autres seraient probablement capables de s’adapter à la nouvelle donne : il leur faudrait pouvoir réparer leur ADN, brisé par les radiations. Certains organismes vivants en sont déjà capables. Pour les humains, la recherche scientifique n’en est pas encore là…

LE RÈGNE DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Face à une guerre nucléaire totale, une intelligence artificielle évoluée pourrait agir afin d’assurer sa survie. Elle pourrait ainsi échapper au contrôle humain, qu’elle jugerait inefficient : elle saurait que l’humain est capable de détruire la planète pour mettre fin à un conflit. Cette intelligence artificielle s’emparerait alors des technologies demeurées opérationnelles : elle les utiliserait pour asseoir sa domination.

UNE PLANÈTE POUBELLE

L’explosion d’armes atomiques ne libérerait pas seulement des radiations. Elle raserait des usines, des oléoducs, des centrales nucléaires… Ces installations relâcheraient alors dans la nature d’immenses quantités de polluants qui viendraient empirer la situation déjà catastrophique.

DES INÉGALITÉS SANS PRÉCÉDENT

Comme les fortifications dans le passé, les protections contre les radiations profiteront aux puissants, au détriment des plus faibles. Les dominants pourront ainsi exercer un pouvoir de vie et de mort sur ces derniers. Seule leur obéissance leur donnera une possibilité de survie. L’inégalité entre humains n’aura jamais été aussi profonde.

L’ABANDON DU NUCLÉAIRE?

Et s’il restait des humains sur Terre après une telle guerre, il est possible qu’ils décident alors de mettre un terme à l’utilisation de l’atome. L’énergie nucléaire serait abandonnée, après avoir montré l’étendue de ses possibilités, tant positives que catastrophiques. Trop tard.

Source : msn.com – 2017-02-06

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.