20/11/2017
AccueilÉcologieLe commerce de l’ivoire totalement interdit en Chine d’ici la fin de 2017

Le commerce de l’ivoire totalement interdit en Chine d’ici la fin de 2017

Afin de protéger les éléphants menacés et pour combattre le commerce illégal, Pékin a annoncé l’arrêt de la vente d’ivoire dans le pays pour la fin de l’année prochaine. Une victoire pour les défenseurs des animaux.

La Chine va interdire tout commerce et transformation de l’ivoire dans le pays d’ici la fin 2017. «Jusqu’à cette date, les forces de l’ordre continueront à agir contre les activités illégales liées à l’ivoire», a précisé le gouvernement.

En mars 2016, Pékin avait fait un premier pas en annonçant l’interdiction d’importation d’ivoire et de ses produits dérivés acquis avant 1975. L’ivoire africain est très recherché en Chine, où il peut atteindre jusqu’à 1050 euros le kilo et est considéré comme le symbole d’un statut social. L’interdiction totale affectera «34 entreprises de transformation de l’ivoire et 143 centres de commerce, des dizaines devant fermer d’ici mars 2017».

L’ONG WWF (World Wildlife Fund) a «applaudi» cette décision qui est un «coup de pouce majeur aux efforts internationaux faits pour la lutte contre le braconnage des éléphants en Afrique.» Elle assure que la fermeture du «plus grand marché légal d’ivoire» va «dissuader» les éventuels futurs acheteurs, en Chine comme dans le reste du monde.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de la flore sauvages menacées d’extinction (Cites) interdit presque toutes les formes de négoce international sur les défenses d’éléphants depuis 1989. Si Pékin a signé cette convention, la Chine n’en demeure pas moins le principal consommateur mondial d’ivoire de contrebande.

Hongkong a également annoncé interdire le commerce d’ivoire d’ici à 2021. Mais Chery Lo, l’une des représentantes de WWF, s’est inquiétée sur Twitter que l’île devienne la nouvelle plaque tournante du commerce illégal d’ivoire.

Les États-Unis, deuxième plus gros consommateur d’ivoire illégal après la Chine, avaient déjà annoncé la fin de ce commerce en juin. Mais l’interdiction du commerce provenant d’éléphants africains ne s’appliquait pas aux antiquités. De même, en France, un décret paru en août interdit le commerce d’ivoire «sur tout le territoire national et en tout temps» le commerce et la vente d’objets composés en partie ou intégralement d’ivoire d’éléphants d’Afrique et d’Asie ainsi que de rhinocéros. Cette interdiction ne concerne pas les objets datant d’avant 1975, année de l’entrée en vigueur de la Cites.

Après un pic en 2011 avec plus de 30.000 éléphants morts, la Cites estime que le braconnage a tué 10.000 éléphants en Afrique en 2015. Seuls quelque 415.000 éléphants y subsistent encore aujourd’hui, contre trois à cinq millions au début du XXe siècle. Pour les défenseurs des éléphants africains, la décision chinoise peut donc véritablement «changer la donne».

Source : lefigaro.fr – 31/12/2016

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.