20/11/2017
AccueilÉcologieD’étranges marguerites « mutantes » découvertes près de Fukushima suscitent l’inquiétude

D’étranges marguerites « mutantes » découvertes près de Fukushima suscitent l’inquiétude

Une photo de marguerites difformes prise dans les environs de Fukushima a affolé la toile. Nombre d’internautes ont ainsi fait le lien entre l’étrange forme de ces fleurs et la radioactivité dans la région depuis le tsunami de 2011 venu frapper de plein fouet la centrale nucléaire de la ville.

Une étrange image est apparue sur Twitter le 27 mai dernier. Postée sur le réseau social par l’utilisateur @san-kaido, elle est aujourd’hui devenue virale et il suffit de la voir pour comprendre pourquoi.

Le cliché montre des marguerites poussant au sol, jusque là rien d’anormal. Sauf que les fameuses fleurs ont été observées à quelques centaines de kilomètres de Fukushima au Japon et que celles-ci présentent d’étranges malformations.

Logiquement, cette photo a rapidement déchainé les passions des internautes qui ont fait le lien avec le terrible tremblement de terre de magnitude 6.9 qui a secoué le Japon en 2011. Le tsunami dévastateur qui en a résulté, est venu frapper de plein fouet la centrale nucléaire de la ville de Fukushima, causant l’accident nucléaire le plus grave depuis celui de Tchernobyl en 1986.

« Je pense que les gens ne devraient pas paniquer » Depuis quatre ans, le niveau de radioactivité dans les environs de Fukushima suscite de nombreuses inquiétudes, malgré les déclarations des autorités qui se veulent rassurantes. Toutefois, en ce qui concerne les marguerites « mutantes », rien n’indique que le phénomène soit réellement lié à la radioactivité du site.

Il s’agit même d’un phénomène assez courant. Reprise par le Huffington Post, Beth Krizek, biologiste à l’Université de Caroline du Sud, a indiqué : « je pense que les gens ne devraient pas paniquer. Ceci n’est pas inhabituel ». Selon elle, les malformations présentes sur les clichés correspondent à ce qu’on appelle une « fasciation ». Cela consiste en une croissance anormale d’une tige, qui peut prendre la forme de faisceau ou de crête.

Or, toujours selon Beth Krizek, elle peut notamment être causée par une mutation d’origine naturelle, des changements hormonaux ou encore des stress environnementaux.

Ainsi, la fasciation a pu être observée sur de nombreuses espèces des 20.000 membres de la famille des marguerites aujourd’hui connus dans le monde. Un lien avec la radioactivité ? Pour autant, Jeffrey J. Doyle, professeur de biologie végétale à l’Université Cornell, n’exclut pas totalement l’impact de la radioactivité.

« Cela ne me surprendrait pas de trouver des mutations de tout type, y compris celle-ci, dans des endroits qui ont des niveaux plus élevés que la moyenne en agents mutagènes, comme un site radioactif ou un site de déchets toxiques », a-t-il confié à National Geographic.

Néanmoins, le site où poussent les marguerites se trouve à Nasaushiobara, à 112 km de la centrale nucléaire. Or, selon les autorités, cette zone présenterait un taux de radiations relativement faible.

Même avec des niveaux de radiation 10 fois supérieurs à ceux rapportés, « il est peu probable que cette intensité d’irradiation ait pu induire un niveau significativement plus élevé de mutation », a jugé Edwin Lyman, membre de l’Union of Concerned Scientists.

Autant d’éléments qui semblent discréditer l’hypothèse de la radioactivité, en attendant que les scientifiques ne se rendent sur place pour étudier le phénomène.

Source : maxisciences.com – 27 juillet 2015

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.