17/10/2017
AccueilPolitiqueEn Argentine, les « Mères de la place de Mai » toujours mobilisées, quarante ans après

En Argentine, les « Mères de la place de Mai » toujours mobilisées, quarante ans après

En Argentine, les « Mères de la Place de Mai » célébraient, dimanche, le 40e anniversaire de leur premier rassemblement. Chaque jeudi, elles se retrouvent pour manifester et réclamer la vérité sur leurs enfants disparus sous la dictature.

Les « Mères de la Place de Mai », qui réclament inlassablement la vérité sur le sort de leurs enfants, disparus durant la dictature argentine, ont célébré, dimanche 30 avril, à Buenos Aires le 40e anniversaire de leur premier rassemblement.

Le 30 avril 1977, elles étaient 14 rassemblées devant le palais présidentiel argentin, alors occupé par les militaires depuis le coup d’État de mars 1976. Femmes au foyer pour la plupart, ces Argentines avaient osé invectiver la junte, en pleine répression. Les militaires les avaient baptisées avec mépris les « folles de la place de Mai », et les avaient obligées à marcher, autour de la statue centrale, car les rassemblements statiques de plus de trois personnes étaient interdits. « Nous étions folles de douleur, de rage, d’impuissance. Ils nous avaient enlevé ce que nous avions de plus cher, nos enfants », raconte Taty Almeida, 86 ans, figure emblématique du mouvement.

Leurs enfants, ce sont ces 30 000 opposants à avoir été éliminés par la milice de droite Triple A, un escadron de la mort dans les années 1970, ou par la dictature, en vigueur en Argentine de 1976 à 1983. Octogénaires pour les plus jeunes, elles auraient pu abandonner la lutte ou espacer les manifestations, mais le temps n’a pas entamé leur détermination. Elles continuent de se rassembler chaque jeudi à 15 h 30.

« Restez vigilantes, restez vigilantes. Ils sont en vie… les idéaux des disparus » et présumés morts, ont également clamé des centaines d’Argentins, dimanche. Avec toujours, pour les guider, la fondatrice du mouvement des « Mères », Hebe de Bonafini, âgée de 88 ans, dans sa chaise roulante, mais toujours aussi populaire, foulard blanc impeccable.

En 2003, l’arrivée au pouvoir de Nestor Kirchner avait relancé leurs espoirs. Des centaines de militaires ont été jugés et condamnés pour la répression des opposants à la junte.

Source : www.france24.com – 01/05/2017

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.