20/10/2017
AccueilPolitiqueFlot de réfugiés au Manitoba

Flot de réfugiés au Manitoba

Canada – Un nombre croissant de demandeurs d’asile affrontent le climat des prairies pour traverser les États-Unis vers le Canada, affirme le préfet d’une localité manitobaine qui demande l’aide du fédéral pour gérer l’arrivée de réfugiés.

Seulement en fin de semaine, 22 personnes ont traversé la frontière à partir du Dakota du Nord jusqu’à Emerson-Franklin, a confirmé mardi la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Dix-neuf d’entre elles ont été accueillies dans une salle communautaire et ont été surveillées et nourries par les autorités et des bénévoles de la localité de quelque 2000 résidants.

Le préfet de la municipalité, Greg Janzen, a dit commencer à croire qu’il « faudrait davantage de sécurité ou faire les choses différemment ». Il a indiqué que la localité allait envoyer des demandes au gouvernement fédéral relativement aux coûts pour les contribuables.

Le nombre de demandeurs d’asile traversant dans le secteur a augmenté considérablement au cours des dernières semaines à la suite des restrictions sur les réfugiés annoncées par le gouvernement du président Donald Trump.

Plusieurs des gens traversant la frontière sont originaires de pays africains comme la Somalie et ont vécu aux États-Unis, a indiqué Cliff Graydon, qui représente le secteur à l’Assemblée législative du Manitoba. Ils avaient l’habitude d’arriver seuls ou en groupe de deux ou trois, mais débarquent ces temps-ci en plus grands groupes après avoir été amenés en voiture près de la frontière.

Des hausses ailleurs au pays

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a dit mardi que des postes frontaliers dans d’autres régions du pays avaient aussi enregistré des hausses, tout en affirmant que la quantité totale était moindre qu’il y a plusieurs années.

Le ministre a affirmé à des journalistes à Ottawa que le nombre avait augmenté au cours des trois ou quatre dernières années, mais qu’il était en baisse significative par rapport à ce qui prévalait il y a une dizaine d’années.

M. Goodale a dit qu’il envisagerait d’offrir plus de ressources à Emerson-Franklin et d’autres secteurs, mais n’a pas pris d’engagement ferme.

Source : ledevoir.com – 8 février 2017

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.