20/10/2017
AccueilPolitiqueGorbatchev : «Le monde se prépare pour la guerre»

Gorbatchev : «Le monde se prépare pour la guerre»

Inquiet, l’ancien chef de l’Union soviétique a appelé, dans une tribune du « Time », toutes les grandes puissances mondiales à arrêter leur course à l’armement.

« Nos décideurs politiques semblent désorientés et perdus. » C’est un message alarmiste qu’a souhaité faire passer Mikhaïl Gorbatchev dans les colonnes du prestigieux Time. « Notre monde est cerné par les problèmes », s’y inquiète l’ex-dirigeant de l’Union soviétique. L’un de ces problèmes est toutefois plus urgent que les autres pour le diplomate : « La militarisation de notre politique et la nouvelle course à l’armement ». « La situation actuelle est trop dangereuse », se préoccupe Gorbatchev.

Celui qui, pendant la guerre froide, avait lancé avec les États-Unis le processus de réduction des armements nucléaires entame donc un véritable plaidoyer pour le désarmement dans le magazine. « Gorby » condamne les dépenses massives injectées dans la défense alors que les budgets de nombreux États dans le monde ont des difficultés à « financer le minimum social pour leur peuple ». « On trouve facilement de l’argent pour développer des armes sophistiquées dont la puissance destructrice est équivalente à celle des armes de destruction massive ; pour construire des sous-marins dont un seul missile serait capable de détruire la moitié d’un continent… » se désole Gorbatchev.

« Menace nucléaire réelle »

Dans une adresse à peine voilée à Trump et à Poutine, il regrette que les politiques et les leaders militaires semblent de plus en plus belligérants : « Aujourd’hui, la menace nucléaire semble réelle à nouveau, les relations entre les grandes puissances se sont détériorées ces dernières années. » Concernant la guerre contre le terrorisme : elle s’avère « importante » pour l’ancien président, mais elle n’est pas « suffisante ». « L’objectif, c’est d’éviter la guerre, désarmer, réduire nos arsenaux, s’entendre. »

En 2014, il avait déjà prévenu Washington et Moscou. « Je pense que le monde s’approche dangereusement de la zone rouge », avait-il avancé, évoquant la situation en Syrie. Il a cette fois appelé à revenir aux priorités comme la lutte contre la pauvreté, la crise migratoire ou la protection de l’environnement. « Le moment est venu d’agir ! » a-t-il lancé en direction du Conseil de sécurité de l’ONU.

Source : lepoint.fr – 28/01/2017

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.