23/08/2017
Nouvelles à la une
AccueilÉcologieIncident à la centrale de Flamanville, pas de risque nucléaire

Incident à la centrale de Flamanville, pas de risque nucléaire

Une « explosion » est survenue ce matin dans la salle des machines d’un réacteur de la centrale de Flamanville, sans faire de blessé grave. L’EPR en construction n’est pas concerné.

Une « explosion » est survenue ce matin à 9h40 dans la salle des machines du réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Flamanville, sans faire de blessé grave, selon la préfecture de la Manche. « Il ne s’agit pas d’un accident survenu sur le site de l’EPR en construction : il est survenu dans la salle des machines de la centrale nucléaire existante », qui comprend deux tranches, précise la préfecture.

L’incident a entraîné l’arrêt de la tranche numéro 1 de la centrale. « Un ventilateur a explosé dans une zone non nucléaire. Mais tout est fini. Les secours sont en train de repartir », a indiqué à l’AFP peu avant midi le préfet de la Manche Jacques Witkowski.

L’EPR de Flamanville est en construction sur le même site, mais suffisamment loin de la centrale existante pour que l’accident n’ait aucune répercussion sur le chantier. « L’accident s’est produit hors zone nucléaire, il n’est pas classé « accident nucléaire » », souligne la préfecture. « Il n’y a pas eu de conséquences pour la sûreté des installations ni l’environnement », a réagi EDF dans un communiqué.

5 personnes légèrement intoxiquées

Le groupe a indiqué à l’AFP que l’origine de l’accident est « un départ de feu dans la salle des machines de la tranche 1, qui a entraîné une détonation ». « A ce stade, on présume qu’il s’agit d’un court-circuit d’une pièce de la salle des machines », a expliqué la préfecture. La salle des machines pilote les fonctionnalités de type turbines, surveillance des chaudières, etc. L’accident a essentiellement provoqué un dégagement de fumée et la salle proprement dite n’est pas endommagée. « Il n’y a aucun blessé, les cinq personnes présentes au moment de l’accident ont simplement été légèrement intoxiquées » et sont indemnes, résume la préfecture. Le départ de feu a depuis été maîtrisé.

Investigation avant le redémarrage

Même s’il ne s’agit que d’un simple court-circuit, changer une pièce de la salle des machines ne suffira a priori pas pour faire redémarrer la tranche 1 : une investigation préalable devrait être conduite pour identifier d’éventuels dommages collatéraux sur les installations.

Source : lesechos.fr – 9 février 2017

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.