22/11/2017
AccueilÉcologieLe taux d’oxygène des océans a baissé de 2% depuis 1960

Le taux d’oxygène des océans a baissé de 2% depuis 1960

Une équipe de chercheurs allemands a publié hier, dans la revue Nature, les résultats d’une étude menée sur les cinquante dernières années : les océans ont perdu globalement 2 % de leur taux d’oxygène. Et dans la même période, la température a augmenté d’un degré, selon les données de la NASA.

Les chercheurs ont relevé des données selon la salinité, la profondeur, la température et l’oxygène depuis 1960 et ce, sur toute la surface du globe. C’est l’intégralité des océans qui a été étudiée de 1960 à 2010, soient cinquante années de recherche : une étude qui permet de voir sur le long terme.

Cette perte de 2 % en oxygène, est inégale, et les chercheurs ont remarqué que les zones de l’Arctique, du Pacifique Nord et de l’Atlantique Sud étaient plus touchées. Etrangement, seuls 15 % de cette baisse sont dus au réchauffement des eaux. Les causes sont plus variées et complexes que cela.

Pourquoi une telle baisse ?

Plusieurs raisons sont invoquées : d’abord, les rejets d’engrais chimiques dans les océans provoquent des formations d’agglomérats d’algues, qui pompent tout l’oxygène et créent des zones de non-vie pour toutes les autres créatures sous-marines.

De plus, la hausse des températures marines fait que l’océan perd sa capacité à stocker les molécules d’oxygène. Enfin, la hausse des températures provoque également une baisse de la densité de l’eau de surface. Résultat : l’eau perd sa capacité de ventilation vers les fonds, et à ainsi alimenter en oxygène les profondeurs océaniques.

En outre, et de façon plus inquiétante, le volume des eaux océaniques totalement dépourvues d’oxygène a quadruplé sur la même période, créant ainsi de nouvelles zones mortes.

La vie océanique en danger

Pour les experts, la situation est préoccupante. Selon le commentaire de l’étude de Denis Gilbert, chercheur du climat océanique à l’Institut Maurice-Lamontagne au Canada, également publié dans la revue Nature :

« La plupart des organismes marins ont besoin d’oxygène pour survivre. Une diminution de 2% de la teneur en oxygène des océans peut sembler dérisoire, mais les conséquences de cette situation pour les écosystèmes marins pourraient être bien plus graves dans certaines parties de l’océan dans lesquelles les taux d’oxygène sont déjà bas, comme les zones d’oxygène minimum […], car des seuils critiques pour la survie pourraient être franchis. »

Mais pour M. Gilbert, les conséquences pourraient être dévastatrices :

« De plus, lorsque d’autres facteurs de stress, associés au réchauffement climatique – comme l’augmentation du CO2 et des eaux plus chaudes – se combinent avec des niveaux d’oxygène en baisse, on aboutit à des effets cumulatifs qui peuvent encore aggraver les choses pour la vie marine. »

Les modèles actuels prévoient une baisse de 1 à 7 % de l’oxygène dissous dans les océans d’ici à 2100. Il est difficile de se rendre compte des effets du changement climatique aujourd’hui en France, car nous sommes encore relativement peu touchés par rapport à d’autres régions du globe (phénomènes météorologiques extrêmes en augmentation).

Il suffit de se dire que cette baisse, qui ne va aller qu’en augmentant, concerne la survie d’écosystèmes marins qui recouvrent 70 % de notre planète.

Source : msn.com – 18 février 2017

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.