24/09/2017
AccueilNatureOuragan Irma : « Mon mari et mon fils sont en danger de mort, c’est la guerre civile »

Ouragan Irma : « Mon mari et mon fils sont en danger de mort, c’est la guerre civile »

Isabelle, Toulousaine de naissance, vit sur l’île antillaise de Saint-Martin depuis 25 ans. Cette médecin, qui séjourne actuellement en vacances à Toulouse, a habituellement, du fait de son métier, les nerfs solides.

Mais depuis hier, elle est en panique totale et lance un appel au secours car elle craint pour la vie de son mari et de son fils qui sont, eux, sur l’ïle antillaise ravagée par l’ouragan Irma.

« Mon mari et mon fils sont en danger de mort, comme une grande partie de la population. C’est la guerre civile là-bas. On commence à entendre parler dans les médias des pilleurs qui ont dévalisé les magasins après le passage de l’ouragan, mais on est bien loin de la réalité. Des bandes de voyous ont en effet dévalisé le bâtiment des douanes, qui a été très abimé et ont volé le stock d’armes qui s’y trouvait. Depuis jeudi soir, ils sillonnent l’île masqués et cagoulés et s’attaquent aux maisons encore debout dans lesquelles les habitants se sont réfugiés », raconte-t-elle, au bord des larmes.

« Je les ai eu hier soir au téléphone, ils sont tétanisés de peur. Ca tire autour de notre maison dans laquelle ils sont barricadés avec six amis qui sont chez nous parce leur villa a été détruite, poursuit-elle. Ils ne peuvent pas sortir. Ils disent que les agresseurs circulent par bande de dix, sont sans foi ni loi et sont prêts à tirer pour récupérer de la nourriture ou de l’argent. »

Ses dires sont corroborés par les témoignages d’autres résidents de l’île, qui, sur les réseaux sociaux, racontent que ces gangs défoncent les portes des maisons et disent « dehors les blancs ».

« C’est une honte, s’insurge Anne, une ancienne avocate de la région, qui s’est installée à Saint-Martin voici 4 ans et qui y a ouvert deux hôtels. Dans la partie néerlandaise de l’île, l’armée a sécurisée la ville mais côté français, on attend toujours les militaires et les secours. On est rentré en catastrophe en métropole il y a 3 jours parce qu’on a un bébé. Un de nos hôtels a été rasé par l’ouragan. L’autre est encore debout et nos amis qui y ont tout perdu s’y sont réfugiés. On a réussi à les joindre. Ils sont terrorisés. Ils nous ont décrit des scènes de braquages. Il faut absolument que le gouvernement nous envoie l’armée de toute urgence ».

« Notre priorité numéro un est toujours de secourir les populations et de rétablir l’ordre parce qu’après le passage du cyclone ont eu lieu un certain nombre de scènes de pillages, d’où la nécessité de projeter un certain nombre de forces de l’ordre sur place pour en éviter d’autres », a déclaré ce midi le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb lors d’un point presse.

Au total, 455 membres des forces de sécurité sont en cours d’acheminement, selon lui, sur l’île de Saint-Martin, « et un nouveau contingent de 187 personnes va arriver dans les heures qui viennent, avant l’arrivée du cyclone José » qui se rapproche de la même zone.

Avec ces déploiements, « les problèmes de maintien de l’ordre devraient être réglés », a estimé M. Collomb. Reste à savoir si les forces de l’ordre vont justement réussir à rejoindre l’île avant le passage de l’ouragan José, qui s’est brutalement renforcé ce vendredi matin, et dont les premiers coups de vent se sont déjà sentir sur Saint-Martin et Saint-Barth, qui devaient être de nouveau touchées demain matin.

Source : ladepeche.fr

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Laissez un commentaire