20/10/2017
AccueilNatureUn chercheur filme un rare lion avec une crinière noire

Un chercheur filme un rare lion avec une crinière noire

L’animal n’est pas sans rappeler l’effroyable Scar dans le célèbre Roi Lion. Mais cette fois-ci, pas de hyène, pas de lionceau abandonné, pas de père tué. Juste une rencontre exceptionnelle entre un photographe du National Geographic et un félin rare.

Çağan Şekercioğlu est ornithologue à l’Université d’Utah aux États-Unis. Alors qu’il explorait le parc national du Mont Balé en Éthiopie afin d’étudier l’effet à long terme du changement climatique sur les oiseaux, il est tombé sur un lion éthiopien (Panthera leo roosevelti). Un spécimen rare et majestueux qu’il n’a pas pu s’empêcher de filmer avec sa caméra.

« Cette nuit-là, nous avons rencontré le meilleur mammifère de tous », a affirmé Çağan Şekercioğlu au National Geographic. Mais le scientifique a tout de même eu du mal à garder la caméra stable à travers la fenêtre ouverte tandis que le lion s’approchait du véhicule, comme en témoigne la vidéo.

« Une partie de moi pensait : ‘C’est une excellente vidéo, et je dois rester immobile’. La partie scientifique de mon cerveau était super excitée, mais la personne normale voulait juste partir de là », a-t-il confié.

Des lions génétiquement distincts ?

La plupart des lions africains vivent dans la savane de l’Afrique subsaharienne, mais quelques populations sont dispersées dans d’autres pays, y compris dans les montagnes éthiopiennes. Les lions éthiopiens, réputés pour leur crinière noire, se sont approchés de l’extinction jusqu’à ce que des chercheurs trouvent une population d’environ 50 individus en 2016.

Étant donné le peu d’études menées sur ce félin, on ne sait pas s’il représente une sous-espèce distincte à l’heure actuelle. Néanmoins, une analyse ADN menée en 2012 sur une quinzaine de lions éthiopiens en captivité a conclu que ces spécimens montraient un faible taux de consanguinité et semblaient aussi génétiquement distincts des autres populations de lions.

Si les lions éthiopiens sont si mystérieux, c’est qu’ils sont difficiles à étudier dans la nature en raison de leur habitation éloignée. « C’est un périple de trois jours loin de la civilisation pour trouver où sont les lions », a expliqué Hans Bauer, biologiste à l’Oxford University’s Wildlife Conservation Research Unit (WildCRU)

Car le parc « a été créé pour protéger les habitats et lutter contre la désertification, une sorte de barrière verte pour le Sahara », a-t-il ajouté. Des rapports suggèrent par ailleurs que les lions éthiopiens restent à peu près au même endroit ce qui suggère qu’ils sont génétiquement isolés des autres populations africaines.

Une population à protéger

Depuis 1980, les populations globales de lions ont décliné d’environ 75%, ne représentant aujourd’hui pas plus de 20.000 félins restant dans la nature. Les lions sont considérés comme vulnérables par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Malgré cela, ils ne sont pas pour autant protégés.

Les éleveurs se rendent chaque année dans l’habitat des lions pour laisser le bétail brouter, ce qui crée des conflits entre les prédateurs et les éleveurs. Le braconnage, la dégradation des habitats et l’empiètement humain sont des menaces probables, selon un rapport du WildCRU. « L’Ethiopie est un pays merveilleux, mais les lions ne sont pas la priorité absolue du pays », a précisé Hans Bauer pour le National Geographic.

« Ces animaux sont beaucoup plus en danger que ce que pensent les gens ».

La vidéo capturée par Şekercioğlu est ainsi une précieuse donnée de recherche, d’après le biologiste qui a précisé que le photographe n’était pas en danger au moment où il a filmé. La lumière a probablement aveuglé le lion. On le voit d’ailleurs trébucher à quelques reprises dans la vidéo.

L’animal n’a donc certainement pas perçu le photographe comme une proie potentielle. « Il a juste découvert une grosse machine odorante, bruyante et agaçante sur son chemin et voulait aller au-delà », a conclu Hans Bauer.

Source : msn.com – 14 février 2017

Partager avec :
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.