17/10/2017
AccueilÉcologieUne substance jaune inconnue s’échoue en masse sur les plages

Une substance jaune inconnue s’échoue en masse sur les plages

Depuis vendredi, de nombreux observateurs comme les sauveteurs en mer ou les associations sensibilisées aux déchets et à l’environnement des plages, tous comme les baigneurs, ont constaté l’échouage d’une substance inconnue sous forme de boulettes de mousse de couleur jaune, de Wimereux à Stella. Les plages ont été nettoyées ou sont en cours de nettoyage.

« C’est du jamais vu. C’est un échouage exceptionnel », alerte Jonathan Hénichart, le président de l’association wimereusienne Sea-Mer. Le militant qui a l’habitude d’observer et de ramasser les déchets sur les plages du littoral se disait stupéfait ce lundi matin qu’aucune mairie ou autorité publique n’ait réagit plus tôt.

Depuis vendredi, des tonnes de déchets sur les plages d’Hardelot, du Portel, d’Équihen-Plage, de Wimereux et jusqu’à l’estuaire de la Slack pour le Boulonnais, ainsi qu’à Stella, Berck et au Touquet ont été observées. Un échouage de plusieurs milliers de galettes jaunes ressemblant à de la paraffine industrielle a été signalé vendredi au Portel. Une autre observation a été faite dans l’estuaire du Wimereux, dimanche, et de grandes traînées ont été observées au large de Hardelot et Boulogne-sur-Mer.

« Cela ressemble à des boulettes de mousse de polyuréthane de couleur jaune, mais ce n’est pas ça pour autant. Quand on touche, c’est un peu gras. C’est cassant mais pas friable. Cela n’a pas d’odeur spécifique. C’est différent de la paraffine que l’on trouve tout le temps sur le littoral. On ne sait pas si c’est toxique. En théorie, il ne faut pas y toucher », poursuit-il.

Dégazage de bateaux ?

Selon lui, ce serait une graisse liquide rejetée en pleine mer à haute température par des bateaux et qui se serait figée dans l’eau froide.

Ce lundi matin, les sapeurs-pompiers d’Étaples se sont rendus sur la plage d’Équihen-Plage et de Stella pour constater et récolter des échantillons. Ils ont été envoyés à l’association Cedre, basée à Brest, spécialisée dans les pollutions hydrocarbures, pour analyse. Les résultats devraient être connus dans la semaine. Cette association a été créée à la suite du naufrage de l’Amoco Cadiz pour améliorer la préparation à la lutte contre les pollutions des eaux.

« Normalement, selon le groupe d’experts en environnement européen, les plages doivent être fermées au public et nettoyées au plus vite, mais les communes ne font jamais rien et ne portent jamais plainte », regrette-t-il.

Ce lundi matin, les services des villes comme à Équihen-Plage et Wimereux ont nettoyé leur plage. Les services wimereusiens étaient de nouveau à pied d’œuvre ce lundi après-midi.

En novembre, trois tonnes de ce type de mousse de couleur blanche avaient déjà été retrouvées sur les plages de Berck à Équihen-Plage.

Quelques précédents sur nos plages

Le détroit du Pas-de-Calais constitue la voie maritime la plus fréquentée au monde. Il est quotidiennement emprunté par plus de 400 navires commerciaux (soit 1/4 du trafic mondial) auxquels s’ajoutent des navires de pêche et de plaisance, selon le CROSS Gris-Nez.

Ces derniers mois, le littoral a aussi connu des épisodes d’échouage d’un autre type. Le plus récent remonte au 6 juillet, à Leffrinckoucke, des galettes de mazout d’environ 20 centimètres de diamètre ont été aperçues, ainsi qu’un oiseau mort portant des traces de l’hydrocarbure. Début mai, des morceaux de mousse de polyuréthane étaient découverts sur le sable de Blériot-Plage. Après enquête, ils provenaient du chantier de construction de Calais Port 2015. Les morceaux de résidus d’une bouée, plus précisément la coque d’une bouée. En décembre 2016, des blocs blanchâtres s’étaient échoués sur le sable, de Berck à Équihen-Plage. Il s’agissait de morceaux de paraffine.

Source : lavoixdunord.fr – 17/07/2017

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.