20/10/2017
AccueilInsoliteVotre ordinateur plante? Blâmez les particules extraterrestres!

Votre ordinateur plante? Blâmez les particules extraterrestres!

Une seule particule venue de l’espace peut suffire à faire planter un PC.

En 2003, dans la commune de Shaerbeek, en Belgique, un ordinateur a ajouté malencontreusement 4096 votes à un candidat aux élections. Une étude approfondie du bogue a permis de déterminer qu’un seul bit de données a fait défaut.

Si on élimine la possibilité d’erreur de fabrication, qu’est-ce qui pourrait expliquer cette situation fâcheuse?

Des particules subatomiques venant de l’espace, a suggéré vendredi Bharat Bhuva, dans une conférence intitulée Cloudy with a Chance of Solar Flares : Quantifying the Risk of Space Weather (Nuageux avec une chance d’éruption solaire: quantifier les risques liées à la météo spatiale).

DES PARTICULES EXTRATERRESTRES

En effet, la Terre est bombardée de rayons cosmiques provenant de l’extérieur du système solaire.

Lorsque ces rayons entrent dans l’atmosphère, ils provoquent un torrent de particules (neutrons, muons, pions ou particules alpha) qui ne causent pas de problème aux organismes vivants, mais peuvent affecter les microcircuits intégrés d’appareils électroniques.

L’énergie d’une seule de ces particules peut suffire à altérer un bit de données et ainsi faire geler un téléphone cellulaire.

UNE QUESTION DE PROBABILITÉ

Une équipe de chercheurs de l’université Vanderbilt aux États-Unis, dirigée par Bharat Bhuva, a étudié les taux de défaillance des semi-conducteurs modernes lorsqu’ils sont exposés à un faisceau de neutrons. La plupart des transistors font défaut entre 100 et 1000 fois par milliard d’heures d’utilisation.

À première vue, ce chiffre peut sembler assez bas pour ne pas sans soucier. Mais lorsqu’on sait qu’il y a 731 millions de transistors dans un processeur Intel Core i7, on comprend mieux pourquoi un ordinateur personnel peut parfois planter sans explication.

«C’est vraiment un gros problème, mais il est plutôt invisible pour le public», a souligné le professeur Bhuva. Les circuits microélectriques sont partout et notre société dépend de plus en plus d’eux.»

COMMENT CORRIGER LE PROBLÈME?

La solution ne passe pas par une coquille protectrice. Pour bloquer la douche de particules, il faudrait une couche de béton épaisse de trois mètres!

Les ingénieurs sont plutôt encouragés à prévoir un triple circuit pour s’assurer qu’un système est sécuritaire. «Les chances que deux des trois circuits fassent défaut simultanément sont infinitésimales. Du coup, si deux circuits produisent le même résultat, ça devrait être satisfaisant», a expliqué le conférencier.

C’est d’ailleurs la méthode privilégiée par les ingénieurs de la NASA pour s’assurer de la fiabilité de leurs appareils. Bien au fait du problème, les fabricants d’appareils professionnels dans les domaines de l’aviation, de la médecine ou de l’économie auraient aussi entrepris des démarches similaires pour protéger leurs circuits.

«C’est seulement le secteur de l’électronique grand public qui traine de la patte», a conclu Bharat Bhuva.

Source : fr.canoe.ca – 20-02-2017

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour l'instant.