20/06/2018
AccueilNatureUn animal inconnu tué par un éleveur américain

Un animal inconnu tué par un éleveur américain

Une étrange créature sauvage a été abattue dans le Montana, aux États-Unis. Il ne s’agit ni d’un loup ni d’un ours.

Un prélèvement ADN a été effectué pour déterminer clairement l’espèce de cet animal inconnu.

On dirait un loup, mais ce n’est pas un loup. « Ses canines et ses griffes sont trop courtes et ses oreilles trop grandes par rapport au crâne d’un loup pure race »

Les médias américains relaient une étonnante histoire. Celle d’un éleveur vivant dans le Montana, aux États-Unis, qui a tué un étrange animal après l’avoir repéré dans un pâturage, près de son bétail. La bête a été abattue le 16 mai dernier près de la localité de Denton (250 habitants), située à 180 kilomètres au nord-est de la capitale de l’État, Helena.

Un canidé inconnu

On dirait un loup, mais ce n’est pas un loup. « Ses canines et ses griffes sont trop courtes et ses oreilles trop grandes par rapport au crâne d’un loup pure race », estime Bruce Auchly, porte-parole de Montana Fish, Wildlife and Parks, une association protectrice de l’environnement et des animaux sauvages.

En revanche, le spécialiste, cité par les médias américains, précise que l’animal est une « femelle non-allaitante appartenant à la famille des canidés, qui regroupe les chiens, renards, coyotes, loups ». Mais, pour le moment, l’espèce à laquelle appartient cette créature demeure inconnue.

Des prélèvements ADN, effectués sur la dépouille de l’animal, permettront vraisemblablement de préciser sa véritable nature. La chaîne de télévision américaine, ABC News a interrogé Ty Smucker, un spécialiste des loups. Selon lui, il pourrait s’agir « d’un croisement entre un chien et un loup ».

En attendant d’en savoir plus, les spéculations vont évidemment bon train sur les réseaux sociaux. Pour les plus sages, il pourrait s’agir d’un « ourson mal nourri ». Et pour les pires voire les plus absurdes, l’éleveur a peut-être tué « un loup-garou » tandis que d’autres s’interrogent sur cet homme : « Avait-il le droit d’abattre cet animal ? »

Pour Zach Norris, garde des parcs locaux, l’éleveur était effectivement dans son bon droit dans la mesure où la bête a été vue près de son bétail et d’une habitation abritant d’autres animaux ainsi que des enfants en bas âge. À ce titre, l’animal pouvait être perçu comme une menace réelle.

ouest-france.fr

Partager avec :
Mots-clés
Évaluer l’article
Aucun commentaire

Laissez un commentaire